Voilà ,ma première critique faite par Françis Parent sur artrinet

DEBAT PhilippeAnalyse Artrinet de l’œuvre de DEBAT Philippe 

            
Classification : A370B180B200B210C130D115D110
(Il est possible de cliquer sur chaque code individuellement
pour le situer dans la classification générale.)
DEBAT Philippe
DEBAT Philippe
philippedebat.com

Le texte explicatif associé à chacun des quatre critères analysés (A – formalisme, B – matérialité, C – investissement, D – communication) positionne l’œuvre de l’artiste dans l’histoire de l’art en rappelant éventuellement les courants artistiques auxquels elle se rattache, ou les noms des artistes illustres s’étant exprimés dans une approche voisine.
A : FORMALISME
Le premier critère porte sur le formalisme de l’oeuvre : que voit-on quand on regarde une oeuvre, quel type de formalisation se donne à voir de prime abord ? Est-ce plutôt abstrait, plutôt figuratif, plutôt…, etc (classé du plus « abstrait » au plus « réaliste »).?

A370 : Figurations « Expressionnistes »
Ex-pression de l’intériorité bouillonnante, voire violente, d’un artiste qui, contrairement à « l’Expressionniste Abstrait », le fera avec les multiples possibilités de matérialisation de la Figure (de l’Expressionnisme historique à COBRA, de la « Violent painting » aux « Néo-fauves », …) de façon plus gestuelle
l’ex-pression se libère surtout dans l’ampleur et / ou la force du geste pictural (Willem De Kooning, Antonio Saura, Vladimir Velickovic, Yan Pei Ming …).

B : MATERIALITE
Le second critère porte sur la matérialité de ce qui est donné à voir. S’agit-il de pur concept, de jeu de matières, d’objet détourné etc. (classé du plus « immatériel » au plus « réel ») ?

B180 : en matérialité matérialité mixte : structurée / non structurée
lorsqu’une oeuvre est « structurée » dans sa « non structuration », et inversement (répétitivités de formes, de signes, de matières… Viallat, Toroni, Degottex, Hantaï,…).

B200 : en matérialité structurée, avec prééminence des couleurs
avec leurs force intrinsèque, symbolique (p.ex. « les bleus » de Monory, « les rouges » de G. Fromanger), historique, sociale, etc., et leur structuration (Jules Olitsky, Peter Halley, …).

B210 : en matérialité structurée, avec prééminence des matières
leur épaisseur, leur composition ou leur travail architectonique plutôt structuré, comment les matières sont « bâties », (Eugène Leroy, Bertrand Lavier, …).

C : INVESTISSEMENT CORPS / ESPRIT
Le troisième critère porte sur « l’investissement » de l’artiste dans son oeuvre. Avec quel ratio Corps / Esprit, l’artiste s’investit-il dans son oeuvre ? Classé du plus « intellectuel » (p.ex. « l’Art Conceptuel », …) au plus « physique » (p.ex. le « Body Art », …).

C130 : plus vers l’intellectualité / l’essence, travail intérieur axé plus versl’introspectif
paysages intérieurs, émotions, sensations (Arpad Szenes, …), sérénité (« Monochromes » de Yves Klein, …), équilibre (« mandalas » de Augustin Lesage ou Adolf Wölfli, …), mémoire (« les boîtes » de Boltanski, …). Pour la recherche d’un équilibre « ressenti ».

D : COMMUNICATION
Le quatrième critère porte sur l’aspect « communication » : L’artiste a t-il une volonté délibérée de communiquer à travers ses oeuvres un message quelconque ? (classé du plus « spiritualiste » au plus « sociétal »).

D115 : via le signifié en narrations ou symboliques diverses qu’elles soient
allégoriques, métaphoriques (les matériaux de J. Beuys, …), analytiques (les « suites de Fibonacci » de Mario Merz, ou celles de Robert Filliou, …), critiques (de Henri Cueco à Hans Haacke ou Guillaume Bijl, …).

D110 : via le signifié avec des spiritualités diverses, ou du religieux moins marqué
(de Barnett Newman à Mark Rothko, de Roman Opalka à Arnulf Rainer, …).

 

DEBAT Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *