Mes nus

J’ai toujours eu du mal à accepter mon dessin, mes traits, ma représentation du nu. Mais les femmes me disent que elles, elles aiment ma façon de les représenter. Que je les touche, çà me touche à moi aussi. Jean Cocteau disait qu’ il fallait cultiver sa différence. Alors maintenant je me lâche, je laisse aller mon intuition. En quelque sorte je donne toute liberté à ma personnalité de vagabonder sur le papier. Souvent je me sens maladroit mais j’ai besoin de dessiner comme çà, je sais au fond de moi qu’il faut me laisser aller à donner sans compter ce que mon expérience, mon ressenti , ma relation avec la femme a forgé au fond de mon être.

Pourquoi sur une pose douce comme celle-ci j’ai besoin d’ajouter des traits électriques, comme si je fouettais le modèle. Alors que la respecte et que je l’aime en tant que mère, femme et amante sûrement l’être le plus humain d’entre les hommes. Peu-être que certaines d’entre elles mon fait si mal et qu’inconsciemment je venge des douleurs et des cicatrices qu’elles m’ont fait subirent .

FEMMES JE VOUS AIME

Mais peu-être est-ce aussi de la frustration  de ne pouvoir vous posséder, vous étreindre,et toutes vous satisfaire.

FEMMES JE VOUS AIME

Je vous ai beaucoup fantasmé.

FEMMES JE VOUS AIME

Sur le papier, je vous rêve plus je ne vous dessine. Je vous transforme je vous sublime.

FEMME JE VOUS AIME

Mon fusain n’est ni plus ni moins qu’un sexe qui parcours votre corps de caresses plus au moins fortes qui traduisent les désirs les plus intimes qui sûrement me tressaillent et rejaillissent sur la feuille immaculé

du feu d’artifice final représenté par ces traits nerveux vous découpant de par en par comme si mon plaisir assouvi s’épanchait sur la femme tant désiré.

Bon je m’excite tout seul, mais il doit y avoir un peu de tout çà aussi. Le sexe n’est sans doute pas la seule raison qui m’attire . Il y a biensûr l’envie , la recherche de la mère, de celle qui m’a enfanté, qui a fait de moi l’homme que je suis. Ce sont aussi ce genre de questions que l’on se pose , lorsque je peins une femme je ne peu m’empêcher de penser à la maman qu’elle est ou qu’elle sera. C’est pour moi primordial , j’attache beaucoup d’importance à la maternité. En premier lieu aux seins nourricier, souvent je les exagère un peu ,comme si je voulais qu’ils nourrissent le plus d’enfant possible. Qu’il y en ai pour tous , aujourd’hui c’est régalade, tout le monde mangera à sa faim.

A TOI MAMAN QUE J’AIME

A VOUS TOUTES MAMANS DU MONDE

A TOUTES LES FEMMES

Je dédie mes dessins et peintures avec amour et respect.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *