Les cèpes

C’est la période des cèpes en Périgord.

Ce fameux champignon qui attise tant de convoitise, tellement beau et tellement bon aussi. J’en ai fait une composition avec un oeuf et des châtaignes . Composition d’automne par excellence!

Il est très agréable de parcourir les bois au mois d’octobre avec une température aussi clémente On se perd et on se retrouve au fil des pas, baigné d’une jolie lumière qui troue la canopée. Par-içi par- là une tête noire, par-içi par-là un attroupement de jeunes cèpes qui semblent jouer à cache-cache. Quelle belle journée, lorsque sortant du bois, un joli panier bien garni , prometteur d’un dîner copieux nous pèse lourdement sur l’avant bras.

Cette année fut une très bonne année. En effet car il faut qu’ils me fassent tomber pour que j’en trouve. et j’en ai trouvé quatre ou cinq kilos. De quoi en être rassasié et d’en faire six petits bocaux pour offrir à mes amis qui n’ont pas la chance d’avoir à côté de chez eux un bois ou une forêt .

Les saveurs de ce champignon du Périgord sont réputées au-delà de nos frontières car il est commun de dire le cèpe du Périgord. Il est goûteux  , avec un parfum exceptionnel reconnaissable entre tous. Lorsque j’étais facteur en Périgord je sentais de loin le fumet de ce plat . Et lorsque je demandais si les cèpes se trouvaient, on ne pouvaient que me répondre dans l’affirmative!!!

Je m’en amusais d’ailleurs, car comme on n’aime pas divulguer les petits coins on les trouvent, on aime pas non plus que cela se sache qu’on en ai trouvés.

Pour titiller un peu plus, parfois, je demandais ou ils les avaient trouvés. Que de réponses évasives, que d’itinéraires compliqués, on préférait même m’en offrir plutôt  que de répondre à la question.

Si la truffe est le diamant noir du Périgord, le cèpe en est surement la perle.

Car dans nos jolies forêts ils ‘en trouvent de merveilleux colliers. Pour qui sait  être patient et doucement parcourir nos bois, c’est la promesse, d’une part, d’une belle balade et d’autre part, si la chance est au rendez-vous, d’une omelette aux accents incomparables qui feront chanter ses papilles d’une ritournelle qu’il ne pourra jamais oublier.

Et chaque fois comme le facteur, il frappera à la porte de la cuisinière pour demander si les cèpes se trouve? Même s’il n’a pas de courrier, il n’aura qu’à dire que c’est par l’odeur alléché qu’il s’est permis d’ainsi déranger. Et peu-être sera-il invité à partager ce célèbre met que tant à travers le monde nous envie. ,Une bonne fricassée de cèpes tout simplement. De l’ail et du persil suffisent à exhauster ce goût si si particulier du cèpe du Périgord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *