Le peintre à sa Dronne

Les petits points qui scintillent,

sur sa toile chatouillé,

sont le reflet de son courant qui sautille

au rythme des cailloux parsemés.

Jour après jour,

il se plaît à contempler ses atours.

Il n’a de cesse, au fil de l’eau,

de lui prodiguer mille et une caresses, à coup de pinceaux, ou de couteaux s’il le faut.

Lorsque le pinceau écarlate repart de la palette,

et que sur la toile il  se brise en jolies vaguelettes.

Le peintre ne représente pas l’eau, mais les éclats de rire, les éclats de joie, d’une femme,d’une enfant,

d’une muse, d’une mère. Toutes s’entrelaçant pour former un même courant, celui de la vie.

Belle et sensuelle, belle et joyeuse, virevoltant sur les roches d’un chemin d’inspiration divine.

Et quand   le couteau  charger de peinture,

dépose sur ses flancs un torrent de verdure,

c’est avec amour ,

qu’il en dessine les contours.

Danse, danse , petite Dronne,

aux Iles de Corneguerre,

c’est la qu’il te préfère,

Danse, danse, petite rivière,

demain le peintre reviendra,

et à nouveau te croquera.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *